Rss

Nouvelles envies

Peu importe l’histoire,

qui donc il faudra croire

du sage ou du vieux loup…

 

peu importe l’histoire,

qui donc il faudra croire,

le chêne, ou l’amadou ?

 

de pierres et de planches,

les ruines sous les branches

fuient le vent des querelles…

 

de pierres et de planches

les ruines renaissent pervenches

ou mères maquerelles ;

 

les vapeurs libertines,

là-haut, sur la colline,

dansent main dans la main…

 

les vapeurs libertines,

là-haut, sur la colline,

apprivoisent les chemins ;

 

il n’y aura plus de guerre,

là-haut, sur cette terre,

la nature l’a compris…

 

il n’y aura plus de guerre,

là-haut, sur cette terre,

les iris ont bleui ;

 

le soir, enfin, prépare

ses dernières guitares

pour la fête étoilée…

 

le soir, enfin, prépare

ses dernières guitares

nous allons nous aimer !

 

les thyms, les romarins

iront jusqu’au matin

en une farandole…

 

les thyms, les romarins,

iront jusqu’au matin,

un peu comme un symbole ;

 

l’hérétique n’est plus,

le français disparu,

la garrigue est bien sage…

 

l’hérétique n’est plus,

l’histoire a disparu

au fond de ton corsage ;

 

au pied de la murette,

pour moi ton corps sécrète

le suc de tes vingt ans…

 

au pied de la murette,

pour toi mon âme sécrète

quelque désir ardent ;

 

il n’est chose plus douce,

que sur un lit de mousse

on ne batifole un brin…

 

il n’est chose plus douce,

que sur un lit de mousse

on refasse demain

 

moins con, plus sain !

Like This Post? Share It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.