Rss

Avance automatique

Des géraniums sur les murettes,

des lauriers roses dans les cours,

des mains de cyprès alentours

et le vol rasant des fauvettes ;

 

des coquelicots à foison,

des nids d’hirondelles bâtis

sous les tuiles et les appentis,

des rideaux brodés aux maisons ;

 

des portes bleues à moustiquaires,

un bonjour qui sort, un bonsoir,

quelques poules rousses, un chat noir

et des bleuets aux gibecières…

 

puis, pacifistes casqués de vert,

des régiments de pieds de vigne,

en un garde-à-vous rectiligne

récitant leurs antipater ;

 

le vent qui corne jour et nuit

dans les chêneaux et les serrures,

les dégradés d’enluminures

sur les fenouils après la pluie…

 

et la voix roque et chaleureuse

de qui foule au pied le raisin,

des tapis d’aiguilles de pin

sur une terre rocailleuse ;

 

l’huile sauvage des romarins

et des ciels de cigales vives,

le goût des vendanges tardives,

la garde-robe des grands vins…

 

et la peau satinée des femmes,

leur corps parfumé par l’été,

la fougue altière des baisers

et tant de désirs qui s’enflamment…

 

puis des orages de couleurs

et des cascades de tendresse,

la grande saison des promesses

et les crêpes de chandeleur…

“le quotidien à minima !“

 

ici,

la vie roule calme et sereine !

pourquoi donc se charger de peine ?

pourquoi donc parler de trépas ?

à quoi servirait donc la haine,

la dispute et la guérilla ?

notre terre avance à grands pas,

 

enterré le phylloxéra,

nous donnons vie aux éoliennes !

Like This Post? Share It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.